santé

Santé: perte de poids

Hello les cocottes!

Après avoir lu l’article de Marie-France ( journal d’une accroc en droit ) sur sa perte de poids, cela m’a incité à en faire de même sur mon blog. C’est un article assez personnel, raison pour laquelle j’espère ne pas avoir de commentaire désagréable merci…

Donc aujourd’hui,je vous parle à nouveau (ici pour l’ancien poste) de ma perte de poids, mais de façon plus détaillée.

Je me souviens  d’avoir commencé assez tôt à me soucier de mon poids. Pour moi, assez tôt étant 14-15 ans. Lors de mon entrée au collège, je me suis retrouvée face à un nombre important de filles toutes bien plus minces que moi. Or, à l’époque, je devais tourner autour des 56 kg (j’étais on ne peut plus dans la norme), mais même ainsi, j’avais commencé à faire plus attention à ce que je mangeais. Les années passant (la vingtaine) , je suis montée à 58kg ce qui ne me convenait pas. J’étais de plus en plus frustrée par rapport à mon corps, j’étais tout sauf tonique, j’avais (et j’ai encore hein!) de la cellulite et les journées de shopping étaient une occasion pour moi de me rendre compte à quel point les jeans ne m’aimaient pas, moi, et mes grosses jambes (et booty, autant l’avouer!).

Sauf que voilà, lors de mes 21 ans, mon acné est réapparue (voir ici pour en savoir plus). Pensant qu’il s’agissait d’un problème hormonal, je suis allée voir un endocrinologue qui m’a diagnostiqué un syndrome quelconque.L’un des symptômes de ce syndrome était notamment la prise de poids. J’ai donc été mise au régime. Petit à petit, le médecin a restreint mon apport calorique, et j’en suis arrivée à un stade où j’avais un régime de 600 calories par jour. Cela vous alarme? ça devrait! Un apport calorique conseillé pour une femme tourne entre 1800 et 2000 cal/jour. 600, c’est extrêmement faible. Mais voilà, j’avais perdu du poids, j’avais atteint 53 kg (j’avais commencé à 62kg) et donc j’étais satisfaite! Jusqu’au jour où mes exas ont commencé.
Imaginez donc: 1 heure à 1h30 par jour de sport + un régime à 600 cal + des journées de révision (et les nuits qui vont avec) + pas de sommeil.
Je CREVAIS la dalle comme on dit. VRAIMENT. Et donc je suis passé en mode « bouffe tout ce qui passe ». J’en rigole peut être à l’heure actuelle mais c’était tout sauf un comportement normal. Je n’avais jamais eu un mauvais rapport à la nourriture. Sauf que là, j’en étais passé à avoir des sortes de crises de boulimie où je mangeais tout ce qui était sucré chez moi (et quand je dis tout, je le pense…). Après ces crises, bonjour la crise de culpabilité! Jamais je ne m’étais sentie mal de manger, et là je me mettais dans des états de déprime incroyable.
Sauf que ça ne s’arrête pas là! J’avais (et j’apprend encore à contrôler ça) développé le syndrome de la balance comme le dit une amie (SI TU TE RECONNAIS). Je me pesais tous les jours sans exception. J’étais donc entrée dans un rapport tout sauf sain!

A partir de la fin de mes exas, je suis donc retournée chez mon endocrinologue pour lui expliquer les états de stress dans lesquels je me mettais à cause de mes crises de « boulimie ». Il s’est avéré qu’à cause du stress, mon corps était en « choc » et que donc il fallait augmenter mon apport calorique (no shit sherlock). Ma dépendance au sucre venait du fait que j’avais des carences. Or l’ingestion de sucre augmente le taux de sérotonine dans le sang qui est en fait un neurotransmetteur qui permet de se sentir apaisé, relax, happy…Donc en gros, le stress augmentant, mon apport calorique ne me permettant pas non plus d’avoir assez d’énergie, mon cerveau m’a fait déclencher des besoins de sucre pour stabiliser mon état. Sauf que le problème, c’est que ces envies de sucre étaient tournées vers les Donuts, le chocolat, le Nutella, le beurre de cacahuète et pas les pommes, bananes et autre.

Donc: PAYE TA PRISE DE POIDS MAGGLE. Je suis donc remontée jusqu’à 59 kg pendant quelques semaines (et là, je me pesais limite matin, midi ET soir: attitude tout à fait saine bonjouuuur).

Qu’ai-je donc fait pour sortir de ça? J’ai d’abord flanqué mon régime par la fenêtre (au sens littéral mais vous avez compris le truc). J’en avais marre de suivre une liste de choses à manger. Au final, j’avais compris qu’une assiette pleine de riz ou de pâtes ce n’était pas forcément le plus sain, et que la charcuterie ou autre, ce n’était pas si nécessaire que ça. J’étais donc capable de me réguler un minimum (mais mettez moi une plaque de choc ou un paquet de Pringles devant le nez, et je ne réponds plus de rien!). Oui mais bon, mes foutues crises de boulimie (on va les appeler comme ça, mais ce n’est pas réellement de la boulimie) j’en avais encore assez souvent… Et ça, il fallait le régler.

J’ai donc commencé à faire des recherches sur ce fichu trouble qui me pourrissait la vie et j’ai découvert en premier que cela s’appelait « binge » (je passe la plupart de mon temps sur des sites anglais donc forcément…). En français, on appelle ça l’hyperphagie incontrôlée. L’hyperphagie est ,comme la boulimie et l’anorexie, un trouble de l’alimentation (qui apparaît souvent après/pendant les régimes et on se demande bien pourquoi!).

« L’élément typique consiste à avoir des faims de loup irrésistibles et des envies de manger incontrôlables, bien à l’abri des regards. Le mot anglais „Binge“ est traduit dans les dictionnaires par „faire la bringue ou faire la bombe “. Contrairement à la boulimie, le sujet ne se fait pas vomir par la suite et n’abuse pas de laxatifs. Ne prenant pas de mesures régulières pour perdre du poids, les personnes concernées sont souvent obèses. Les envies de manger sont fréquemment la conséquence d’une situation de stress qui provoque des sentiments de culpabilité, ne serait-ce qu’à cause de la perte de contrôle au moment de l’envie irrésistible de manger. » source.

Joyeux n’est-ce pas? Quand j’ai découvert ce trouble et son origine ç’a un peu été un choc. ça fait toujours bizarre d’en parler comme un trouble de l’alimentation. Quand on pense à ça, le premier exemple qui nous vient en tête c’est l’anorexie ou la boulimie. Penser que j’étais atteinte d’un trouble de l’alimentation était et est encore bizarre. Mais cela m’a fait réaliser que je devais faire quelque chose. Du coup, j’ai commencé à me renseigner sur la nutrition. J’ai cherché à en savoir plus sur l’impact de l’ingurgitation d’autant de sucre sur mon organisme, j’ai commencé à me renseigner sur les bases d’une bonne alimentation, etc etc. En connaître plus sur le fonctionnement de mon corps m’a aidé à comprendre ce que je m’infligeais mais c’est surtout le fait d’avoir arrêté mon régime qui m’a aidé. Suivre un régime est vraiment frustrant, on peut arriver à se sentir pris au piège. Or le problème c’est que l’hyperphagie se manifeste lors d’état dépressifs, ou de stress. La chance que j’ai eu est donc de m’en rendre compte suffisamment tôt pour essayer d’y faire quelque chose car l’hyperphagie peut être temporaire si on fait attention.

Je suis donc entrée dans une période de renseignement alimentaire. Je m’informe sur tout ce qui est bon pour la santé: les fruits, légumes etc. Et le fait de savoir que je mange sainement et aide mon corps en évitant de me goinfrer de féculents et sucreries m’aide à tenir. Je ne vais pas dire que je suis sortie de ce trouble. Cela fait un moment que je n’ai plus eu de crise (my gosh j’ai l’impression de parler d’un sevrage d’alcool ou je ne sais pas quoi x) et j’espère que ça va durer! J’ai pris du poids certes, mais pas autant qu’avant et je fais plus de sport donc à l’heure actuelle tout va bien! Restons positive!

Sur ce, j’achève mon pâté et je vous laisse avec un avant-après tout récent!

Untitled-1

Publicités

6 réflexions au sujet de « Santé: perte de poids »

  1. Ton avant c’est limite mon maintenant en fait xD Et encore ! Mais ça se voit tu as une morphologie mince de base, la chance :p Je suis très contente de découvrir ton histoire surtout que j’ai aussi été un peu victime de cela mais moi c’était beaucoup plus l’anorexie mentale, mon corps vomissait bref sympathique … Tu as gagné une bataille on ne sait hélas pas si on a gagné la guerre mais on est les meilleures ❤

    J'aime

    1. Ha mais j’avais oublié de te répondre! Oui j’ai une morphologie assez fine, raison pour laquelle, dès que je prends du poids, ça se voit! J’espère bientôt gagner la guerre oui!! ^^ lanorexie mentale c’est à dire? Ton propre corps rejettait les aliments?

      Aimé par 1 personne

  2. Il ne faudrait jamais rentrer dans ce cycle des régimes mais malheureusement on s’en rend compte souvent trop tard et certains médecins sont inconscients.
    J’ai accompagné des personnes dans votre cas, je sais qu’il est très difficile de revenir à une alimentation normale, je vous souhaite beaucoup de courage mais vous semblez être sur la bonne voie.

    J'aime

    1. malheureusement on peut dire que ce médecin n’en a fait qu’à sa tête. heureusement pour moi j’en ai eu marre d’avoir constamment faim, ce n’était plus tenable. Je ne suis pas encore arrivée à une alimentation normale, mais j’ai déjà arrêté de contrôler quand je mange. si j’ai faim, c’est que j’ai besoin de manger. Disons que j’ai appris à m’écouter. Je compte toutefois voir une nutritionniste qui pourra me dire plus précisément quels sont mes besoins afin que je rentre à nouveau dans une alimentation saine.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s